Coulage du mortier
3 octobre, 2009, 20:52
Classé dans : Mortier

Après avoir fait quelques jours de bénévolat au moment du coulage du mortier l’été 2008, je me suis rendu compte que cette étape était longue, physique et très gourmande en main d’oeuvre lorsqu’elle est réalisée à la bétonnière fixe et aux sceaux. Un autre inconvénient est que le temps d’aller de la bétonière jusqu’au coffrage, le mélange a tendance à se stratifier (sable au fond et eau+sciure dessus), il faut donc remuer le mélange avant de le vider sous penne d’avoir, à la fin du sceau, un bloc de sable qui tombe d’un coup et se bloque au milieu du coffrage.

La solution trouvée est une machine à projeter utilisée par les façadiers.

Voici la zone de préparation du mortier,

Poste de préparation du mortier 

avec dans le sac blanc : la sciure tamisée pour ne pas endommager la pompe de la machine(sciure stockée sous un chêne), à droite : le sable 0/4, en haut : le ciment et la chaux NHL5.

Le tout est dosé au sceau car plus précis et rapide qu’à la pelle. Le tuyau d’eau du réseau est connecté à un compteur et robinet sur la machine.

La préparation de 110 litres de mortier se fait en 2 à 3 minutes par une personne.

Le mélange est ensuite vidé dans la trémies de la machine où une vis sans fin le maintient homogène, puis il est envoyé à la demande par un tuyau dans le coffrage.

p1020717b.jpg

 p1020718b.jpgp1020722b.jpgsl370302.jpg

La pompe est commandée par l’air comprimé, se qui permet de faire le coulage à 2 personne : une qui tient le tuyau de mortier et le répartit dans le coffrage et une qui commande la machine et vibre à l’aide d’un maillet.

Avec cette méthode, le coulage d’une hauteur de botte de paille sur tout le tour de la maison soit 90 mètres de long (intérieur+extérieur), se fait en un après-midi à 3 ou 4 personnes (2à4h de coulage et 1h de lavage)

Le résultat : rangée 1 coulée le 03/10

p1020555b.jpg

Rangée 4 coulée le 14/10

p1020585b.jpg



La paille
30 juillet, 2009, 17:31
Classé dans : Non classé

On commence par un retout dans les années 80 !!

La paille P1020333b-300x161

Bon finalement retour en 2009 ! Avec un petit chargement de 400 bottes, et il en reste 200 dans le champs pour l’après midi.

P1020335b-300x184

Après avoir essayé plusieurs techniques pour préparer les bottes, la meilleure reste la tronçonneuse à plat, en faisant des allé-retours.

P1020575b-300x187

Une botte passée à la troçonneuse :

P1020579b-300x225

A la fin il y en a de toutes les formes !

P1020613b-300x225

La mise en place s’est du Tetris géant, là aussi on a essayé plusieures techniques, une qui marche bien s’est les 2 plaques d’OSB de chaque coté comme sur le schéma :

Sans-titregh-300x291

La première rangée est posée sur du mortier frais,

P1020537b-225x300

Dans les angles avec des renforts les bottes sont mises debout et jusqu’en haut des le début

P1020539b-300x218

Quand les bottes sont en place, on met les pointes et les feuillards, les bottes sont renettoyées avec un rotofil electrique…

P1020559b-300x269

…avant de visser le coffrage

P1020556b-300x173

d’autres techniques pour la mise en place :

au RDC la rangée 5 est mise avant la 4…

P1020577b-291x300

et pour l’étage comme il n’y a que 2 rangées on à mis les 2 en place en mème temps en démontant quelques lisses.

P1020612b-300x194



Ossature
24 juillet, 2009, 13:07
Classé dans : Non classé

L’ossature est typique du GREB, puisque s’est une maison greb !

Une lisse basse, des poteaux , une lisse haute et le tout en 4×10…

la fixation est faite avec des vis Trox, auto-forant de 6×100/60 (100=longueur de la vis, et 60=longueur filetée, la partie lisse de 40mm permet de rapprocher les 2 bois sans avant trous)

Sauf que, j’ai apporté quelques modiffications :

les lintaux de porte de plus de 90cm de portée sont en 8×18 interieur et exterieur,

Ossature Linteaux-173x300

P1020733b-300x225

 

J’ai également revu les lisses hautes, dans les angles j’ai fais rejoindre la lisse interieure à la lisse exterieure et j’ai mis des renforts en 4×10 sur le champ à chaque jonction de lisse haute sur toute la longueur des murs.

Angles-264x300P1020454b-300x225

 

 Après quelques jours de travail…SL370024b-300x225

  Poteau 1 (les mortaises sont bien visibles) mur nord

 P1020425b-300x225

 Mur nord fini (2 jours de travail seul entre les 2 photos)

P1020436b-300x202

Pose des poteaux 3 et 4 et des 8×18 du plancher de l’étage

P1020447b-300x225

La panne faitière est en lamellé-collé (l:11.5cm h:45cm L:16m) elle est soutenue par 4 poteaux aussi en lamellé-collé de 20x20cm et 5m de haut et la façade sud est également en 20×20 lamellé-collé pour garantir une bonne rigidité puisque qu’elle maintient 8 ouvertures en double vitrage fixe.

Toute cette partie à été réalisée par un charentier professionnel car je voulais que le tout soit mortaisé et chevillé.

Vue globale du sud-ouest la structure en 20×20 du sud est installée

P1020475b-300x123

Pose de la panne faitière (20 cm de plus et le téléscopique ne levait pas assés !)

P1020478b-300x162

Ossature de l’étage fini (autant de travail et de vis pour monter d’un mètre que pour les 2.5m du RDC !)

P1020487b-300x163

 Un renfort en 4×10 est installé dans l’ossature pour augmenter la zone d’appuis des poutres en I

P1020494b-225x300

 

Les poutres en I sont des 58×400 mm et 12m de long de chez Finnjoist (pour info : 1 colis de 33 poutres livrées sur le chantier, 58 sabots et les pointes : 6300€)

Les poutres sont coupées à l’aide d’un gabarit (des cages à lapin sont très pratiques sur un chantier !)

P1020506b-300x225

 Vue d’ensemble

P1020508b-300x171

 En face de la terrasse, les poutres sont d’une seul pièce

(11m de long, il est obligatoire de les portées sur le champ et pas à plat pour ne pas quelles se brisent)

on voit aussi sur cette photo les étrésillons qui rigidifient énorment l’ensemble

P1020529b-225x300

Elles sont renforcées aux extrémitées, fixées à la panne faitière par des sabots métaliques

et reliées entre elles par dessus avec un feuillard de 1.5m de long

P1020516b-255x300

 



Plancher chauffant et poele à bois
14 juin, 2009, 16:18
Classé dans : Non classé

Je me suis dit qu’il serait dommage de construire une maison et de ne pas y installer de plancher chauffant, s’est tellement agréable !

Mais je ne voulais pas perdre l’inertie liée à une chape de béton épaisse. Après quelques recherches j’ai trouvé un plan pour un plancher chauffant solaire direct. Je l’ai donc adapté à mes besoins.

Et voila le résultat (dans l’ordre d’installation : de bas en haut)

10cm de polystyrène extrudé

Ecarteurs zig-zag (h: 5cm)

Treillis soudé

Tuyaux Polybuten fixés au treillis soudé avec des petits colson

Le tout est noyé dans 14 cm de béton.

Plancher chauffant et poele à bois P1020287b-300x161

 

Dans les zones ou les coups de scie pour les joints de dilatation sont prévus j’ai passé les tuyaux sous le treillis et je les ai envelopés de gaine pour permettre au béton de ce dilater sans risquer  les d’endommager.

P1020295b-300x150

J’ai ensuite raccodé le poele à bois sur le plancher chauffant pour accumuler la chaleur.

P1030910b-225x300

Le poele légèrement modiffier :

P1030909b-300x233

10m de tuyau de cuivre de 16mm de diamètre dans la partie chauffe-plat, comblée avec du sable pour améliorer la conductivité (gain de 15%)

Au final : l’eau arrive à 19°C et ressort entre 26 et 30°C en selon l’intensité du feu à un débit d’environ 3 litres/minute.

S’est pas suffisant pour chauffer la maison mais le sol est à 21°C dans les zones chauffées.

Le poele de 8 kw est suffisant pour chauffer les 500 m3, mais n’a pas suffisamment d’autonomie (2h30).

 

 



Le sousbassement
9 avril, 2009, 19:48
Classé dans : Fondations

Le soubassement est constitué de 2 rangs d’agglos de 15cm parallèles espacés de 9cm pour obtenir la largeur extérieur de la double ossature du mur. 

photos2009003.jpg 

L’espace entre les 2 rangs d’agglos sera comblé par une plaque de polystyrène de 8cm (je sais se n’est pas très écolo) afin de limiter le passage du froid.La face extérieure sera enduite de ciment pour l’imperméabilisée. 

photos2009010.jpg

Mise en place des canalisations : eau usées (pvc 100), eau froide (per 16) et au premier plan l’arrivée d’air pour le poele à bois (pvc 160)

Le sousbassement dans Fondations P1020200b1-300x225

Le tout est récouvert de graviers 12.5/20 jusqu’au niveau du sol fini moins 25 cm.

Pour profiter le l’inertie du béton je l’ai totalement isolé du sol et du soubassement avec 10 cm de polystyrène dessous et 4 cm en périphérie.

P1020226b-300x150 dans Fondations

Le teillis est posé sur des écarteurs zig-zag pour qu’il reste à 5 cm dans le béton et pas plaqué au sol. Cela me permet également d’y fixer les tuyaux du plancher chauffant.

P1020233b-300x224

 

 

 



La semelle
2 avril, 2009, 8:30
Classé dans : Fondations

 photos2009015.jpg

 Découpe et assemblage des longrines …

photos2009019.jpg

et coulage des 10 m3 de béton prêt à l’emploi.



Premier coup de pelle !!!
29 mars, 2009, 8:45
Classé dans : Terrassement

Après 3 ans de réflexion, de recherche sur internet, environ 35 plans sur logiciel 3D et 1 an de paperasse administrative, voici enfin le moment tant attendu : le premier coup de pelle !!! 

Se sera donc une maison en paille construite selon la technique du G.R.E.B., de 116 m2 au sol (surface des murs déduite) et 80 m2 dont 1/3 est habitable en mezzanine.

piquet004c.jpg

Le terrain est ombragé au sud par des sapins, chênes et peupliers, j’ai donc reculé la maison dans le tiers nord pour profiter du soleil en hiver.

 

 photos2009007.jpg

Implantation de la maison,

photos2009008.jpg 

Creusage de la semelle périphérique pour les murs et des deux semelles centrales pour les poteaux qui supporteront la charpente et le plancher de l’étage. 

 


Ma symphonie de coussins |
Partylite Limoges |
La boîte à malice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jojo la broc
| chez vir
| LE ROY DU CARRELAGE ESPAGNOL